L’été grec…littérairement parlant !

L’été grec…littérairement parlant !

Pourquoi ? Parce que mon prochain roman se déroulera dans la Grèce des années 50 à 70 en grande partie, et que je veux me mettre dans l’ambiance. Période tragique et tumultueuse.

La Grèce est un pays qui me tient à cœur depuis l’âge de 19 ans, quand j’y suis allée pour la première fois ; je venais admirer les ruines mortes du siècle de Périclès et j’ai découvert un pays vivant. Un vrai choc. Des gens, des musiques, de la littérature, une culture, des regards…

Une petite portion de ce pays sera la sève de mon roman. Comment découvrir son « esprit » sinon par la littérature et les œuvres ? Alors je (re) lis certains textes, connus ou non, la photo en montre une partie, chacun sélectionné pour ce qu’il peut apporter à ma fiction. Un fonctionnement qui reprend en partie la méthode proposée par @jeanlaurentdelsocorro pour la rédaction de romans historiques (grand merci à lui !), même si celui-là n’en est pas un ; c’est un roman mathématique (Quoi ? Oui, je vous en dirai plus une autre fois). Mais pour l’instant, je me focalise sur l’univers, l’ambiance, l’histoire, les événements, les conséquences sur les vrais gens. D’ailleurs, si vous connaissez quelqu’un pouvant me fournir des précisions sur le quotidien des ruraux, des pêcheurs ou des citadins grecs de ces années-là (bonus spécial si vous avez des tuyaux sur les prisons de femmes), je suis intéressée !

La première fois que j’ai eu l’idée de ce roman, c’était en 2016. Esquissée, elle venait de très loin. Il fallait qu’elle remonte et prenne l’air. Depuis, tout a changé en elle sauf l’essentiel. Et le bidule a grossi. Tellement que je suis devenue trop petite pour lui. Il est énorme ce projet. Ai-je les épaules pour un truc pareil ? Bien sûr que non. Mourir écrasée par son propre roman ! C’est une belle fin. Ça me va.

Je tente donc le coup, inconsciente que je suis… Aux innocents les mains pleines, répétait ma grand-mère.

Bref, voilà mes prochaines (re) lectures, elles sont grecques et fières de l’être !

Et pour vous, la Grèce, avez-vous reçu un choc en y allant ?

PS : ces romans ne se déroulent pas tous dans les années concernées, c’est normal, mes personnages ont un passé et un avenir…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *