Archives de
Auteur : cgarand

Aujourd’hui, j’ai « Pénélopé »

Aujourd’hui, j’ai « Pénélopé »

C’est-à-dire que j’ai supprimé toutes les modifications apportées à mon roman ces derniers jours, après m’être rendu compte qu’elles m’éloignaient de mon objectif ; la précédente version correspondait mieux à ce que je voulais faire ressentir et comprendre au lecteur. Mais je m’en serais bien passé… Une pensée m’a traversé pour Pénélope qui défaisait la nuit ce qu’elle tissait le jour (exprès, elle !)

Le poids de la neige

Le poids de la neige

Lecture précieuse aux éditions La Peuplade ! (qui date de 2019 mais peu importe) Le poids de la neige raconte une rencontre aussi fortuite que celle d’un parapluie et d’une machine à coudre, mais sous la neige.

« Sauter par-dessus les ravines »

« Sauter par-dessus les ravines »

Deux spationautes sont aux commandes d’un vaisseau-arche. L’une descend sur une planète tellurique pour vérifier sa viabilité. Verdict : surface mortelle. L’éclaireuse ne peut pas remonter sans contaminer tout l’équipage endormi. Que fait-on ? Solution logique : on la laisse sur place et on repart. C’est d’ailleurs ce qu’elle propose. Oui, mais, si elle est devenue votre meilleure amie pendant ce voyage ? Le commandant hésite.

L’art du beau mensonge

L’art du beau mensonge

Ma collection de manuels de narratologie et dramaturgie s’est enrichie d’un titre qui sort du lot : L’art du beau mensonge, de Vincent Ravalec, publié aux éditions Marabout/ Arte éditions. Encore un manuel d’écriture ? Non. Encore une vision de son art par un auteur, oui.

Fabulation spéculative

Fabulation spéculative

Triple plaisir de lecture : apprendre, réfléchir, rêver. Cette série de trois essais fictifs parle d’une science inventée par Ursula K. LeGuin dans une nouvelle publiée en 1976 « L’auteur des graines d’acacia ». En la lisant, Vinciane Despret, philosophe belge, a eu l’idée de creuser la question abordée par LeGuin. De quoi parle « L’auteur des graines d’acacia » ? D’une communauté de thérolinguistes (linguistes étudiant les langues des animaux sauvages) en désaccord sur le sens à donner à des traces de phéromones de fourmi…

Lire la suite Lire la suite

« Il faut se battre avec le texte ! »

« Il faut se battre avec le texte ! »

Voilà ce que nous disait notre professeur de version et de thème latin en khâgne, en agitant ses petits poings. — Il exagère ! Voilà ce que je me disais à l’époque. Aujourd’hui, je me rends compte qu’il avait raison. Je me bats avec l’un des chapitres, bien récalcitrant, de mon roman SF. Pour l’instant, il gagne. Certes. Mais il ne perd rien pour attendre, l’animal : j’ai trouvé trois de ses faiblesses et je le désosse point par point….

Lire la suite Lire la suite

Parution de « Chouquette »

Parution de « Chouquette »

Sous ce titre gourmand et croustillant se cache un texte grinçant sur ce qu’il advient des humains quand il ne reste pas grand chose à partager : même les insectes ont disparu et les cannibs rôdent. Que reste-t-il de ce qui fait de nous des humains ? La réalité est têtue et il faut bien manger pour vivre. Avec, dans les rôles principaux, une chienne, un homme diabétique et une femme qui aimerait bien sauver tout le monde. je suis…

Lire la suite Lire la suite

Parution : « Une échappée vers le ciel »

Parution : « Une échappée vers le ciel »

C’est le premier numéro de la revue OUAT ! Il comporte des nouvelles de Gabrielle Dubasqui, Frédéric Lyvins et Fabrice Pittet mais aussi des dossiers sur l’imaginaire russe et la science-fiction au théâtre, ainsi qu’une interview de Serge Brussolo ! Dans « Une échappée vers le ciel », ma nouvelle de science-fiction qui ouvre la revue, vous trouverez des ondes électro-magnétiques, une carpe, des bases militarisées sur une Terre mourante, d’étranges kymainopractes et un vaisseau fonçant dans l’espace droit sur l’héliopause, là…

Lire la suite Lire la suite

L’ingrédient secret (nouvelle du trimestre)

L’ingrédient secret (nouvelle du trimestre)

Ça y est ! Elle est prête à partir, la nouvelle du trimestre. On me glisse dans l’oreillette que j’aurais dû commencer par un texte plus gai. Mais je me suis dit : c’est la Toussaint et la fête des morts, donc le moment idéal pour sortir une nouvelle qui parle de deuil. Non ? Bon, d’accord. Mais la mort n’a rien de morbide, et fait partie de la vie. Je suis même intimement convaincue qu’elle nous aide à profiter…

Lire la suite Lire la suite