Archives de
Author: cgarand

Paideia paraît le 2 février

Paideia paraît le 2 février

MON CORPS, MON CHOIX.UN ROMAN DE SCIENCE-FICTION À REBOURS DES CODES DU GENRE. Paideia : du grec ancien, éducation et instruction de la perfection et de l’excellence visant à former les meilleurs citoyens, à même de créer la cité idéale. Dix petites filles dans dix stations en orbite autour de la Lune, derniers espoirs de l’humanité morte sur une Terre empoisonnée. À l’instar d’un classique de la SF spatiale, tout commence comme une renaissance triomphante du projet humain mais au…

Lire la suite Lire la suite

Le beurre et l’argent du beurre

Le beurre et l’argent du beurre

Voici la nouvelle du trimestre, euh… du semestre, enfin, la nouvelle aléatoire qui arrive quand elle peut dans votre boîte à lettres. Cette fois-ci, pas de science-fiction, d’imaginaire, ni d’horreur. Oui, je sais, c’est pourtant la saison. D’aillers, si vous voulez vraiment du frisson, je vous suggère Extinction party, ma série horrifique à lire sur l’application Doors, avec des cafards dévoreurs de bébés, ou Le dernier souvenir du capitaine Teixeira, à écouter caché sous la couette. Aujourd’hui, rien de tout ça, je vous…

Lire la suite Lire la suite

L’été grec…littérairement parlant !

L’été grec…littérairement parlant !

Pourquoi ? Parce que mon prochain roman se déroulera dans la Grèce des années 50 à 70 en grande partie, et que je veux me mettre dans l’ambiance. Période tragique et tumultueuse. La Grèce est un pays qui me tient à cœur depuis l’âge de 19 ans, quand j’y suis allée pour la première fois ; je venais admirer les ruines mortes du siècle de Périclès et j’ai découvert un pays vivant. Un vrai choc. Des gens, des musiques, de la littérature, une culture,…

Lire la suite Lire la suite

Aujourd’hui, j’ai « Pénélopé »

Aujourd’hui, j’ai « Pénélopé »

C’est-à-dire que j’ai supprimé toutes les modifications apportées à mon roman ces derniers jours, après m’être rendu compte qu’elles m’éloignaient de mon objectif ; la précédente version correspondait mieux à ce que je voulais faire ressentir et comprendre au lecteur. Mais je m’en serais bien passé… Une pensée m’a traversé pour Pénélope qui défaisait la nuit ce qu’elle tissait le jour (exprès, elle !)

Le poids de la neige

Le poids de la neige

Lecture précieuse aux éditions La Peuplade ! (qui date de 2019 mais peu importe) Le poids de la neige raconte une rencontre aussi fortuite que celle d’un parapluie et d’une machine à coudre, mais sous la neige.

« Sauter par-dessus les ravines »

« Sauter par-dessus les ravines »

Deux spationautes sont aux commandes d’un vaisseau-arche. L’une descend sur une planète tellurique pour vérifier sa viabilité. Verdict : surface mortelle. L’éclaireuse ne peut pas remonter sans contaminer tout l’équipage endormi. Que fait-on ? Solution logique : on la laisse sur place et on repart. C’est d’ailleurs ce qu’elle propose. Oui, mais, si elle est devenue votre meilleure amie pendant ce voyage ? Le commandant hésite.

L’art du beau mensonge

L’art du beau mensonge

Ma collection de manuels de narratologie et dramaturgie s’est enrichie d’un titre qui sort du lot : L’art du beau mensonge, de Vincent Ravalec, publié aux éditions Marabout/ Arte éditions. Encore un manuel d’écriture ? Non. Encore une vision de son art par un auteur, oui.

Fabulation spéculative

Fabulation spéculative

Triple plaisir de lecture : apprendre, réfléchir, rêver. Cette série de trois essais fictifs parle d’une science inventée par Ursula K. LeGuin dans une nouvelle publiée en 1976 « L’auteur des graines d’acacia ». En la lisant, Vinciane Despret, philosophe belge, a eu l’idée de creuser la question abordée par LeGuin. De quoi parle « L’auteur des graines d’acacia » ? D’une communauté de thérolinguistes (linguistes étudiant les langues des animaux sauvages) en désaccord sur le sens à donner à des traces de phéromones de fourmi…

Lire la suite Lire la suite

« Il faut se battre avec le texte ! »

« Il faut se battre avec le texte ! »

Voilà ce que nous disait notre professeur de version et de thème latin en khâgne, en agitant ses petits poings. — Il exagère ! Voilà ce que je me disais à l’époque. Aujourd’hui, je me rends compte qu’il avait raison. Je me bats avec l’un des chapitres, bien récalcitrant, de mon roman SF. Pour l’instant, il gagne. Certes. Mais il ne perd rien pour attendre, l’animal : j’ai trouvé trois de ses faiblesses et je le désosse point par point….

Lire la suite Lire la suite