Esprit critique, es-tu là ?

Esprit critique, es-tu là ?

J’ai toujours eu un faible pour les essais en bandes dessinées même si je suis souvent déçue (ma pire déception ayant été Le déploiement, une thèse sous forme de roman graphique qui n’a pas tenu ses promesses, mais passons). L’esprit critique d’Isabelle Bauthian et Gally est, lui, une belle réussite. Ce dessin à la croisée de la ligne claire et du manga est vif, jamais invasif, agit en bonne intelligence avec le texte.

Une BD qui ne manque pas d’esprit

Quand ma fille, dessinatrice et illustratrice, m’a suggéré cette lecture, ma curiosité a été piquée au vif : le sujet m’intéressait et, si elle me le conseillait, le dessin devait aussi valoir le détour. En effet, le texte est précis, et clair. J’ai pu lire avec plaisir et amusement les aventures de Paul, être rationnel aux prises avec ses interrogations zététiques multiples à la suite d’une rencontre avec une druidesse et ses photos de fées.

La présentation est habile : le choix d’une druidesse comme personnage déclencheur, d’une jeune femme aux cheveux roses pour incarner l’esprit critique, celui de nombreuses scènes où les personnages sont présentés avec une volonté évidente de mise en valeur de minorités ou de rupture de cliché ( je pense en particulier à cette scène où un homme sort du four le dîner en s’écriant « à table ! » et qu’une femme, répond « attends, chéri, je dois d’abord terminer mes calculs pour savoir si le mur ne va pas s’effondrer »). On trouve toutes sortes de vraies personnes dans les mises en situation et c’est un plaisir. J’ai aussi apprécié l’absence de pudibonderie dans l’humour du texte (on sent le côté Love Blog de Gally).

Un voyage en trois parties

Une première partie résume l’histoire de la démarche scientifique avec comme héros Anaximandre de Milet, Galilée et Kepler. Quelle surprise et quel plaisir de voir Anaximandre en si bonne place !

La deuxième partie présente de manière claire un certain nombre de biais cognitifs, de la confirmation à l’attaque ad hominem en passant par l’effet Barnum.

Et la dernière, peut-être la plus intéressante, explore un peu les liens entre émotions et raison, faits et foi, en s’appuyant entre autres sur les travaux de Damasio. Une petite bibliographie clôture l’ouvrage.

Ce livre d’à peine 125 pages se lit tout seul et rassemble la plupart des éléments importants du sujet. On sent une belle somme de travail derrière !

Deux autrices qui connaissent leur affaire !

Gally est dessinatrice et libraire. Elle a notamment dessiné Mon gras et moi, et Love-blog, et a aussi participé à un ouvrage collectif que j’ai lu il y a un certain temps et qui s’intitule Axolot. Son trait se caractérise par une touche à la fois gamine et enjouée mais également taquine et mature. Pour en savoir plus sur elle : https://gallybox.com/

Isabelle Bauthian est écrivaine, scénariste et traductrice mais aussi docteur en biologie et comédienne. Je n’ai pas tout lu de sa production, loin de là, mais ses ouvrages font montre d’un intérêt profond pour l’humain, en particulier au sein de la société. Elle a scénarisé la BD Versipelle, a participé à l’ouvrage collectif En chemin, elle rencontre et a publié Grish-Mère (une histoire de matriarcat et bien plus) chez ActuSF. Pour en savoir plus sur sa bibliographie et ses travaux : http://isabellebauthian.com/

Je ne saurais donc trop vous recommander d’offrir ce livre et de le lire : un peu d’esprit critique, par les temps qui courent, ne nuit pas. 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *