Pour les feuilletonistes du XXIe siècle…

Pour les feuilletonistes du XXIe siècle…

Écrire une série et la voir prendre vie sur nos écrans (grands ou petits) m’a toujours fascinée…. parce que je suis incapable d’écrire plus d’un roman dans le même univers. Contrairement à des amis auteurs, je ne me lance pas dans une trilogie (et encore moins dans une pentalogie 😀 ).

Une série à lire !

Écrire une série à lire

La série, c’est une autre esthétique : entre cliffhanger et teasers (en bon français), elle offre des possibilités immenses d’évolutions pour les personnages et d’exploration de l’univers… comme les feuilletons XIXe à la Dumas, Féval, ou Sue. Ça tombe bien, j’adore ça !

Voilà pourquoi je me suis lancée dans l’écriture d’une série à lire (oui, oui, ça existe ! cf. Rocambole).

Et là, j’ai remercié mille fois ma formation à l’écriture du scénario… et ce livre de Karine de Falchi ! Les références ont un peu vieilli (le livre date de 2016) mais la technique reste la même pour écrire ce qu’on appelle la « bible » d’une série, à savoir : les personnages, les thèmes, les lieux, les histoires à développer, les arcs narratifs et psychologiques… Bref, tout ce qui prendra ensuite corps sous la forme d’un épisode.

Tout sur la « bible » de série

Le plus précieux réside dans les interviews de scénaristes et de showrunners et surtout les analyses des feuilletons : voir comment sont entrelacées les différentes lignes narratives, comprendre la place des histoires principales, secondaires et personnelles vous fait ensuite regarder vos séries d’un autre œil.

Dommage collatéral : quand vous en regardez (en en lisez) une, vous ne pouvez pas vous empêcher de l’analyser et de repérer les moments de bascule. 😀

J’ai aussi compris que la rédaction d’une bible apportait un autre éclairage sur l’écriture du roman ou, très précieux car plus délicat à mon sens, d’un recueil de nouvelles qui se passeraient dans un même univers. Bref, je n’ai pas fini de creuser le sujet !

Et vous, avez-vous envie de vous lancer dans l’écriture au long cours ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *